La série des crayons-vecteurs se distingue parmi les autres « outils pour la vision » par un protocole au départ précis, une sorte de règle du jeu. Une fois un crayon placé quelque part, d’autres crayons doivent être placés à égale distance, parallèlement au premier et le cadrage de la photo doit aussi adopter cette parallèle. L’intention étant de créer une solidarité visuelle entre ces éléments telle que le reste paraisse comme renvoyé dans un continuum indistinct de choses non hiérarchisées par le regard. Plutôt que de figer ce protocole j’ai ensuite expérimenté différentes exceptions selon les lieux.