Une partie de mon mémoire de maîtrise en arts plastiques, en 1998-2000, décrivait une façon dont Jacques Tati pouvait s’inscrire dans un champ de recherches dites « contemporaines » de l’art. Quelques années  après, c’est à son personnage M. Hulot que je pensais emprunter ce parapluie.

Frédéric de Manassein, photos de 2003 sauf la dernière, de 2017.

Voir d’autres outils pour la vision ici.